On parle souvent de regroupement de crédits sur le site solutionderegroupementdecredits.fr avec notamment les différentes offres qui peuvent être proposées mais on ne parle que trop rarement du crédit bancaire classique et plus particulièrement du prêt immobilier. Une occasion de mettre en avant ce financement qui a particulièrement la côte en ce moment.

Crédit immobilier : un besoin plus qu’une nécessité

Le crédit est inscrit profondément dans les mœurs des ménages français, lesquels ont pour la plupart recours au crédit immobilier pour acheter leur première maison ou leur appartement. Pour certains, il s’agit d’un sport national, c’est-à-dire solliciter plusieurs crédits immobiliers afin d’investir, c’est notamment le cas avec les SCI et autres structures.

Le crédit immobilier est donc un emprunt que l’on contracte auprès d’une banque ou d’un établissement de crédit, ce dernier doit clairement être affecté à un projet immobilier, c’est-à-dire que les sommes sont accordées uniquement si cela concerne l’achat dans l’immobilier (terrain, maison, appartement, loft, chalet, château). Il est difficile (mais pas impossible) de financer soi-même l’achat d’un bien, il faut cependant placer de l’argent ou épargner pendant plusieurs années pour pouvoir ensuite acheter cash le bien, une pratique exploitée par une petite proportions de Français qui ne souhaitent pas surfer sur le crédit immobilier.

Ce prêt fait l’objet d’une étude, c’est-à-dire que le banquier ne va pas prêter son argent au premier venu qui vient toquer à sa porte, il va d’abord étudier la situation du candidat en regardant ses relevés de comptes, ses fiches de salaires et ses charges actuelles. L’idée étant d’accorder un emprunt à une personne qui sera en capacité de le rembourser, et la législation Française fixe les limites. A l’issue de cette étude et dans la mesure où elle est positive, le financement peut avoir lieu. Cela comprend une grosse partie administrative et la souscription d’une assurance de prêt (facultative) permettant d’assurer le remboursement des mensualités en cas de souci de santé ou décès.

Les taux réduits du prêt immobilier

Avec la baisse des taux, les projets en sommeil des foyers ont rapidement pris le devant sur tous les autres, la raison étant simplement qu’en empruntant à taux réduit, on augmente son enveloppe d’emprunt et donc on peut prétendre à un projet immobilier légèrement au-dessus de celui qu’on avait imaginé. De plus, le coût du crédit étant plus bas, on laisse moins d’euros de sa poche au prêteur, ce qui a pour effet de générer un sentiment de gain, c’est-à-dire d’avoir réalisé une bonne opération.

Actuellement, certains foyers empruntent à moins de 1% sur des durées courtes (selon le courtier en immobilier KG Crédit), des taux qui laissent rêveurs et qui ne devraient pas continuer très longtemps à ces niveaux. Le début d’année 2014 devrait sonner la fin des taux réduits et le début de la douce et longue remontée des taux. Cela laisse à penser que les ménages n’ayant pas encore conclu leur projet de crédit immobilier doivent dès maintenant saisir l’opportunité d’emprunt à coût réduit mais les ménages ayant déjà un crédit immobilier ont eux aussi la possibilité de surfer sur la tendance, en renégociation leur crédit immobilier.

Les taux profitent aussi à la renégociation de crédit immobilier

Si un projet de crédit à taux réduit semble intéressant pour un nouveau projet, il est bon de savoir qu’un foyer ayant déjà sauté le pas peut recourir à la renégociation de crédit immobilier pour obtenir de bien meilleures conditions. Dans cette optique, il y a plusieurs fondamentaux à connaître, à savoir la notion de renégociation et de rachat de crédit. La première concerne le prêt en cours avec le prêteur, sous forme d’avenant alors que la seconde consiste à faire appel à un organisme extérieur, c’est-à-dire une autre banque ou un autre établissement de crédit.

De subtiles recommandations sont à connaître car si on peut négocier, il ne faut pas oublier de se concentrer sur le coût total du crédit qui représente le seul indicateur fiable en matière de gain, s’il n’est que de quelques euros, le jeu n’en vaut pas la chandelle alors que si la différence est positive et de plusieurs milliers d’euros, l’opération est clairement bénéfique. L’assurance reste un sujet trop peu observé, c’est-à-dire que les ménages se concentrent souvent trop sur le TAEG alors que le TAEA est tout aussi important. Avoir un taux de crédit très bas et une assurance très chère ne rapporte rien, il faut négocier sur les deux tableaux.

Un crédit immobilier, que ce soit pour un nouveau projet ou une renégociation implique d’y consacrer du temps et de l’énergie, il faut sonder les établissements puis fournir les documents et assurer le suivi du dossier, mieux vaut se préparer avant de foncer tête baissée. Rien n’empêche un emprunteur de réaliser une simulation auprès de sa banque ou d’un courtier pour avoir un aperçu des conditions proposées.