Léger ralentissement dans la hausse des prix immobiliers en France

Léger ralentissement dans la hausse des prix immobiliers en France

Ralentissement perceptible des prix immobiliers au deuxième trimestre selon l’estimation des Notaires-Insee

Des prix qui continuent de grimper

Les prix de l’immobilier ancien ont progressé au deuxième trimestre en France, et gardent leur tendance positive. Cependant, selon l’indice des Notaires-Insee publié jeudi, un léger ralentissement est visible par rapport au début de l’année. En effet, entre avril et juin, les prix de l’immobilier ancien ont augmenté de 2,8% par rapport à la même période de l’année 2017, selon les estimations provisoires des notaires, qui ont nettement révisé à la baisse l’estimation du premier trimestre. Effectivement, l’estimation s’établit désormais à +2,9% sur un an, contre +3,5% précédemment, à la suite d’un changement de méthode de calcul de l’indice, qui prend dorénavant en compte une géographie nettement plus affinée en ÎledeFrance.

Après deux années prospères où les transactions avaient atteint des niveaux sans précédent, dans un contexte de taux très faibles des prêts immobiliers, le marché poursuit sa lancée sur l’année 2018 qui garde une dynamique solide. Le volume des transactions, avec 953 000 ventes, semble atteindre un plafond mais demeure élevée. On remarque qu’il s’infléchit légèrement par rapport au trimestre précédent, néanmoins, il reste plus élevé qu’un an plus tôt (915 000 transactions en 2017). Ces chiffres semblent donc confirmer les premiers bilans semestriels établis au début de l’été par plusieurs agences. Elles constataient alors une progression persistante des prix et des performances contrastées au sujet du volume de ventes. « Si l’on rapporte les transactions au stock de logements disponible, qui augmente d’environ 1 % par an, la proportion de ventes est équivalente à celle du début des années 2000 », détaille l’Insee.

Le marché ralentit dans la capitale

La hausse des prix y est pour beaucoup. Elle reste plus élevée que sur le reste du pays (+4,1%). Avec seulement 9 000 transactions d’appartement au deuxième trimestre 2018, les ventes reculent de 7%. Le manque d’offre lié à la réduction du parc privé continue de peser sur les volumes de ventes à Paris. Selon la Chambre des notaires, le prix médian de la pierre atteint le niveau inédit de 9 300 euros/m2 dans la capitale.

Posted in Blog.